IA et Crypto : Vitalik Buterin explore les synergies

Partager cette actualité

L’engouement autour des synergies entre l’intelligence artificielle (IA) et les crypto-actifs ne cesse de croître, à mesure que la réglementation se précise et que des projets explorent cette intersection prometteuse. Parmi eux, Bittensor, qui est un réseau décentralisé où des modèles d’apprentissage automatique collaborent et s’enrichissent mutuellement grâce à l’infrastructure sécurisée offerte par la blockchain. Le protocole récompense les contributions les plus efficaces avec son token (TAO).

 

Quelles seraient donc les synergies entre IA et Crypto ? Dans un article publié sur son blog le 30 janvier dernier, Vitalik Buterin met en lumière les innovations et les défis de leur alliance.

 

Le co-fondateur d’Ethereum pointe d’abord leur différence architecturale. La blockchain est par essence décentralisée, sa sécurité est garantie par sa nature open source. L’IA, quant à elle, implique un traitement centralisé des données.

 

Ces deux technologies présentent un potentiel de complémentarité remarquable, l’IA pouvant notamment tirer parti de la sécurité de la blockchain pour améliorer la confidentialité et la fiabilité de ses opérations de traitement.

 

L’auteur envisage quatre scénarios dans lesquels l’IA joue un rôle clé :

 

Scénario 1 : « L’IA en tant que joueur dans un jeu » (synergie la plus viable)

 

l’IA agit ici comme un participant à la blockchain. C’est déjà le cas, notamment sur les protocoles d’échange décentralisés (DEX) où les traders ont recours à des bots pour détecter les meilleures opportunités et opérer des arbitrages. Buterin suggère d’aller plus loin et d’exploiter la puissance de l’IA dans les protocoles de marchés prédictifs, qui visent aujourd’hui à rationaliser les prévisions économiques d’une communauté (crowdsourcing) mais dont le succès reste encore limité. Cette avancée nécessiterait toutefois des mécanismes fiables pour évaluer la fiabilité de l’IA et identifier les éventuels biais.

 

Scénario 2 : « L’IA en tant qu’interface du jeu » (synergie avec un fort potentiel mais risquée)

 

L’IA sert ici de guide pour les utilisateurs naviguant dans les protocoles DeFi. Elle veille à ce que les transactions passées correspondent à leurs intentions et les alerte sur les risques d’arnaque. Il existe déjà des outils qui permettent de simuler les résultats d’une transaction ou de détecter les arnaques sur certains wallets crypto. L’IA pourrait augmenter les capacités de ces outils mais Buterin met en garde contre les risques de manipulation de l’IA par des acteurs malveillants à travers des attaques contradictoires.

 

Scénario 3 : « L’IA en tant que règles du jeu » (synergie à envisager avec une grande prudence)

 

L’IA est ici utilisée pour dicter les règles d’un protocole ou d’une organisation autonome décentralisée (DAO). Cette approche supposerait idéalement l’utilisation de protocoles de cryptographie avancés tels que les zk-SNARKs. Mais même sans accès direct au modèle d’IA, les utilisateurs mal intentionnés peuvent exploiter les données d’entraînement pour orienter le système à leur avantage.

 

Scénario 4 : « L’IA en tant qu’objectif du jeu » (synergie à plus long terme mais intrigante)

 

L’idée est d’exploiter le potentiel de la blockchain spécifiquement dans le but de développer des IA décentralisées et privées, avec un modèle de gouvernance transparent et des mécanismes de sécurité tels qu’un « kill switch » (fonction d’arrêt d’urgence).

 

Ainsi, les innovations dans le domaine devront relever deux défis : celui de la sécurité et de l’éthique. 

 

Source : The promise and challenges of crypto + AI applications (eth.limo)

Plus d'articles

Les OAT blockchain :
alliés conformité des PSAN