Retour sur la 3ème édition du Forum Fintech ACPR-AMF du 19 octobre 2022 à Paris 

Partager cette actualité

Lors du Forum Fintech organisé conjointement par l’ACPR et l’AMF à Paris, le 19 octobre 2022, François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l’ACPR, a tenu un discours portant sur la transformation numérique en France et en Europe résultant de l’importance des Fintechs dans le paysage financier.

En effet, les Fintechs sont « des acteurs de premier plan de la révolution numérique ». Cette position est affirmée en raison de la diversité des services proposés, de l’augmentation de « plus de la moitié » du nombre d’établissements de paiement et d’établissements de monnaie électronique agréés entre 2018 et 2021, de la « hausse de leur base de clientèle entre 2018 et 2020 », ainsi que, de l’accroissement des « partenariats conclus entre les banquiers et assureurs avec ces nouveaux acteurs ».

Ainsi, face à cette révolution, il est nécessaire de « promouvoir l’intégration des Fintechs dans le cadre réglementaire ». Pour ce faire, une Charte Fintech a été adoptée fin 2021, pour laquelle les engagements portant sur les délais et le processus d’enregistrement des Fintechs sont déjà en voie d’être largement atteints. 

Les crypto actifs sont également des nouvelles composantes de la révolution numérique. En effet, la part des stablecoins, appellation qui masque en réalité une diversité de cas de figure  « a quintuplé en 20 mois ». Toutefois, les stablecoins sont en majorité libellés en dollar et développés hors d’Europe. C’est pourquoi, un projet européen est en cours, celui « d’une monnaie numérique de banque centrale interbancaire qui aurait un rôle clé à jouer : celui d’actif de règlement plus sûr, de nature à maintenir l’ancre du système monétaire et financier, alors même que celui-ci va devenir partiellement tokénisé. »

Ainsi, l’avenir des sablecoins passe par la vigilance sur les risques associés. Sur le plan réglementaire, la France a été parmi les premiers États à proposer « un statut de PSAN avec la loi Pacte en 2019, dont 54 acteurs bénéficient aujourd’hui ». L’Europe a suivi en fournissant avec le règlement MiCA une structure d’encadrement des crypto-actifs. Toutefois, en attendant sa mise en œuvre, il est impératif que « toutes les autres grandes juridictions mettent en œuvre maintenant les recommandations communes du G20 et du Financial Stability Board (FSB) en matière de protection du consommateur, de stabilité financière ou de lutte contre le blanchiment d’argent ».

Source : https://www.banque-france.fr/intervention/forum-fintech-acpr-amf-paris-19-octobre-2022

Plus d'articles

Les OAT blockchain :
alliés conformité des PSAN